La Nuit de feu (2015)

Genre: Histoire
Editeur: Albin Michel (2 septembre 2015)
Pages: 193 pages
Format: ePUB, PDF, Doc, TXT, MP3
Langue: Français
Descriptions de livres
À vingt-huit ans, Eric-Emmanuel Schmitt entreprend une randonnée dans le grand sud algérien. Au cours de l’expédition, il perd de vue ses compagnons et s’égare dans l’immensité du Hoggar. Sans eau ni vivres durant dans la nuit glaciale du désert, il n’éprouve nulle peur mais sent au contraire se soulever en lui une force brûlante. Poussière d’étoiles dans l’infini, le philosophe rationaliste voit s’ébranler toutes ses certitudes. Un sentiment de paix, de bonheur, d’éternité l’envahit. Ce feu, pourquoi ne pas le nommer Dieu ?
Cette nuit de feu – ainsi que Pascal nommait sa nuit mystique –, Eric Emmanuel Schmitt la raconte pour la première fois, dévoilant au fil d’un fascinant voyage intérieur son intimité spirituelle et l’expérience miraculeuse qui a transformé sa vie d’homme et d’écrivain. Les chemins qu’il trace ici sont inscrits en chacun de nous.


Commentaires

Eric-Emmanuel Schmitt ne cache plus depuis longtemps sa conversion au catholicisme. Ce bouleversement l’a amené à aborder à plusieurs reprises la question spirituelle dans son œuvre, depuis sa célèbre pièce  Le visiteur  jusqu’à son panorama des grandes religions nommé « Cycle de l’invisible », en passant par son roman  L’Evangile selon Pilate , qu’il a ensuite  adapté au théâtre . Sur son site web personnel, il s’était même fendu d’un billet détaillant son propre parcours, qui se fit en deux temps. Le premier eut lieu dans le désert du Hoggar, à l’occasion d’un voyage sur les pas du Bienheureux Charles de Foucauld. Schmitt était alors tout à fait athée, mais sa curiosité naturelle l’avait poussé à accepter d’écrire le scénario d’un film sur la vie de Foucauld, et à suivre le réalisateur dans ses repérages sur place. Il s’est alors perdu et retrouvé seul le temps d’une nuit complète où il reçut ce qu’il convient d’appeler une « révélation personnelle ». C’est ce voyage et cette expérience qui sont au cœur de son livre « La nuit de feu ».

Le titre fait évidemment référence au célèbre texte de Pascal retrouvé cousu dans son vêtement à sa mort, et qui « décrivait » sa propre révélation. Le chapitre équivalent dans le récit de Schmitt emprunte également, outre le titre du livre, au style et aux images de Pascal, que ce soit dans le choix de phrases nominales, de paragraphes parfois réduits à un unique mot, ou dans l’usage de termes du même champ lexical, « feu » chez Pascal, « flamme » chez Schmitt. De façon très intéressante, la première partie du livre sera l’occasion pour l’auteur de brosser un rapide tableau du débat sur l’existence de Dieu, une croyante de sa caravane mettant en avant la théorie du « dessein intelligent », que Richard Dawkins a cherché à réfuter, puis les différentes « preuves » philosophiques classiques de l’apologétique. Le Schmitt encore athée du récit complète même l’éventail en citant « l’argument ontologique », pour conclure finalement qu’aucun de ces raisonnements n’est satisfaisant et qu’il est impossible de statuer définitivement par la seule raison sur l’existence ou l’absence de Dieu. Une fois que Schmitt aura vécu sa « nuit de feu », toute argumentation raisonnée restera écartée, et il reconnaîtra volontiers que sa foi est de l’ordre de la rencontre et de la confiance, mais ne se base en aucun cas sur la raison. Enfin, notons que l’épilogue du livre, qui se pose plus en petit cours de morale à l’usage des croyants convaincus, est d’un niveau un peu inférieur au reste du livre. Mais le plaisir qu’on aura eu à dévorer celui-ci (le volume se lit assez rapidement) nous lui fera pardonner cette dernière partie. En effet, le récit comporte d’autres richesses que celle de la révélation proprement dite, à commencer par les portraits des compagnons de caravane de Schmitt, et surtout leur énigmatique, Abayghur, un pur touareg. Le texte évite de se faire pontifiant en conservant un humour aussi fin que bienvenu, et l’auteur n’oublie pas de se moquer gentiment de lui-même.

Avec une écriture directe et pourtant travaillée, remplie d’images bien trouvées et de phrases joliment tournées, Eric-Emmanuel Schmitt livre un récit autobiographique captivant de son parcours dans le désert. Il n’est pas un touriste, il est un voyageur. Il va partir à la rencontre d’Abayghur et puis, plus inattendue, d’une « force », une « flamme », qu’il finira par accepter de nommer « Dieu », sans le rapprocher encore d’aucune religion. Cela sera l’objet d’une deuxième étape, que Schmitt n’a pas (encore ?) traité littérairement.


5/5

Lien pour télécharger le fichier: ePUB
TÉLÉCHARGER
Lien pour télécharger le fichier: PDF, Doc, TXT, MP3
TÉLÉCHARGER
Les meilleures en Ebooks