Les erreurs de la Seconde Guerre mondiale (2020)

Auteur:COLLECTIF
Genre: Histoire
Editeur: Perrin (1 octobre 2020)
Pages: 320 pages
Format: ePUB, PDF, Doc, TXT, MP3
Langue: Français
Descriptions de livres
Dans la lignée des Mythes de la Seconde Guerre mondiale, 20 erreurs stratégiques de cette guerre expliquées par une équipe d'historiens et la rédaction de Guerres & Histoire, dirigées par Jean Lopez et Olivier Wieviorka.

La Seconde Guerre mondiale a duré près de six années, aussi longues que terribles. Cette durée s'explique, bien entendu, par les formidables moyens que les belligérants déployèrent sur terre, sur mer et dans les cieux : au vu des forces mobilisées, il était vain d'espérer abattre l'ennemi par une campagne unique ou une bataille décisive. Mais les erreurs commises expliquent aussi que ce conflit se soit éternisé. Si Hitler ne s'était pas obstiné à gagner la bataille d'Angleterre ou à prendre Stalingrad, si la France, en mai 1940, n'avait pas imprudemment lancé ses forces en Belgique et en Hollande, si les Anglo-Américains n'avaient pas débarqué en Afrique du Nord..., la face de la guerre en eût été changée et sa durée vraisemblablement raccourcie.

En traquant les erreurs commises par les deux camps, ce livre, toutefois, ne cherche pas à céder aux vertiges de l'uchronie, en imaginant " ce qui se serait passé si ". Son ambition est tout autre : il vise en effet à explorer la rationalité des acteurs. Car les décisions prises par les dirigeants politiques ou les chefs militaires reposaient sur un ensemble de paramètres qu'il importe de décrire, afin de comprendre pourquoi ils menèrent à l'échec. Les stratèges se fondaient sur des informations parfois imparfaites, sur des moyens souvent limités, sur des hypothèses par moment fallacieuses. Autant de facteurs qui conduisirent, plus d'une fois, au désastre. Mais les historiens n'accorderont pas toujours le primat à la raison. De fait, malgré les enjeux colossaux d'une guerre où des millions de vies étaient en jeu, l'orgueil, l'obstination, le carriérisme et l'opportunisme pesèrent aussi lourdement dans la prise de (mauvaises) décisions.

Autant de cas de figures qu'illustreront, de Stalingrad à Market Garden, de la stratégie navale des Japonais à l'insurrection de Varsovie, vingt contributions proposées par les meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale.

Les erreurs : L'appeasment ; La Japon attaque la Chine ; Hitler choisit l'Italie ; La manoeuvre Dyle Breda ; Le haltbefehl devant Dunkerque ; L'armistice de 1940 ; L'intervention italienne en Grèce ; Barbarossa ; Ne pas capturer Malte ; Dieppe 1942 ; L'abandon de Singapour ; Le débarquement en Afrique du Nord ; Midway ; La politique arabe du Reich ; Monte Cassino ; Stalingrad , Le bombardement stratégique ; L'unconditional surrender ; L'insurrection de Varsovie ; Market Garden

Commentaires

Une toute autre façon de voir les choses, ou comment la propagande – de la part de tous les belligérants - a réussi à transformer des échecs en victoires. Ce qui est encore le cas aujourd’hui …

Il est naturellement plus facile d’analyser les événements qui se sont déroulés depuis plus de 70 ans, à la lumière de tout ce que la recherche historique a produit à l’aide des archives, mémoires et rapports divers … Dans le feu de l’action, on mesure mal la globalité des situations dramatiques dans laquelle les belligérants se trouvaient impliqués. L’analyse a posteriori, l’exercice d’uchronie qui consiste à échafauder ce qui se serait passé si … on n’avait pas pris telle ou telle décision, n’en reste pas moins valable.

Ce qui frappe dans cet ouvrage collectif sur les grandes batailles de la Seconde guerre mondiale, c’est l’effroyable bilan des pertes humaines et matérielles, la faiblesse de l’atteinte des objectifs, la mauvaise appréciation réciproque des forces des adversaires, la faiblesse de la logistique, et, par-dessus tout, la folie, l’hybris des décideurs. A leur décharge, la mauvaise qualité des informations à leur disposition – malgré les progrès des opérations de décryptage – des choix stratégiques ou tactiques qui conduisent au fiasco, des retards d’exécution – souvent dus aux aléas climatiques - des atermoiements difficilement compréhensibles d'Hitler (devant Dunkerque par exemple) qui permettent à l’ennemi de riposter, la sous-estimation des forces des adversaires.

Un florilège d’échecs sanglants, de destructions inutiles, d’entêtements à poursuivre une idée fixe. L’ouvrage de Ian Kershaw « Choix fatidiques » largement cité ici, balisait déjà ce terrain. Les chapitres courts – parfois techniques – donnent ici un aperçu de l’impact réel de certaines opérations (militaire autant que psychologique) tout à fait pertinent.

Dans ce rappel de certaines grandes opérations et de leurs faiblesses dramatiques, on retiendra le rôle joué par des hommes au tempérament de feu comme Winston Churchill, son obstination à faire de la Méditerranée un enjeu stratégique pour la Grande Bretagne et son empire, la cécité de Staline face à l’opération Barbarossa, la triste organisation de l’invasion finale de l’Allemagne par les Anglo-Américains lors de la poussée sur Arnhem, l’inutilité des bombardements systématiques des villes allemandes qui n’ont en rien entamé la résolution du peuple allemand, conforté dans sa crainte d’un anéantissement total par l’exigence des Alliés d'une la capitulation sans condition …

A voir comment les conflits du XXème et XXIème siècle sont conduits, on ne voit pas bien les progrès accomplis ….


5/5

Lien pour télécharger le fichier: ePUB
TÉLÉCHARGER
Lien pour télécharger le fichier: PDF, Doc, TXT, MP3
TÉLÉCHARGER
Les meilleures en Ebooks